En toute modestie cette initiative d’aborder ce thème du syndrome Asperger, vient seulement d’un parcours de maman

 

Je ne cherche nullement à remplacer ou à faire le travail de professionnel de santé, je souhaite échanger sur mes pistes de réflexion, mes questionnements, mes démarches. L’envie de partager nos explorations, un voyage de 17 ans, tels des aventuriers nous avons rapporté nos trésors de ces contrées, nous avons exploré différents mondes, du plus concret au plus subtil. Aujourd’hui, nous continuons ce chemin, en disant que le plus beau est toujours présent à nous, l’amour.

L’amour dépasse les frontières de la souffrance, de l’inexplicable, l’amour ne juge de rien, l’amour est simple sans artifice.

Ici, je ne vais pas vous donner la définition du syndrome Asperger, pour cela, nous avons la chance de vivre avec internet qui est une source formidable de recherche. Des livres, des émissions et même des films parlent de ce sujet.

Mais en réalité, quand est-il dans le quotidien ?

Surtout d’un parcours de 17 ans d’errance, 17 ans a soigné, à combattre, ce quelque chose qui rongeait notre fils, notre famille.

Jusqu’à ce janvier 2018. Enfin, une thérapeute et une conseillère d’éducation nationale osent mouiller leur chemise en abordant le fameux mot « Asperger ». Après, deux longues années, sans scolarité pour notre ado de 15 ans, nous nous sommes sentis compris, entendu et reconnu dans notre isolement.

Un combat, une lutte de tous les jours pour notre enfant, notre famille. Les cris, les colères, les peurs, les doutes, les larmes ont jalonné ces deux années d’errance, d’incertitude.Aujourd’hui, enfin nous reprenons goût aux joies simples du quotidien, nous rêvons d’avenir.

Bien sur, vous dites, que peux-t-elle m’apporter de plus que de ce que j’ai déjà lu, vu, entendu, compris, et bien, je ne sais pas, je me dis simplement que nous ne sommes pas seuls à le vivre, pas seuls à le traverser et que le peu de chose qu’on peux découvrir par l’expérience de l’autre peu aussi contribuer à mon petit plus dans ma démarche personnelle.

Car chaque histoire est personnelle, chaque famille est unique et qu’il y a autant d’Asperger que d’individu. Souvent je disais le syndrome « Naël », surtout, quand nous faisions les démarches auprès des spécialistes et qu’au finalement on nous disait « oui », « non », ou « non », « oui »….

Cette démarche se veut avant tout une simple rencontre et d’échange

 

Je la souhaite ouverte à tous pour franchir les barrières de l’isolement que nous pouvons vivre au quotidien. Comment informer, dialoguer avec son entourage familial, professionnel, scolaire ou autres afin d’être soutenu, entendu, compris et surtout d’apporter de l’apaisement à tous.

Par mon expérience personnelle et de thérapeute, je vous apporterai des outils, des clés qui pourront s’adapter à vos vies. Cette rencontre s’inscrit sur le dialogue, l’échange, le partage de nos astuces, de nos recettes pour que le quotidien devienne plus léger, plus serein.